Accueil | Revue de presse | 2002 – Antimondial : des groupes en lutte contre la mondialisation
2002 – Antimondial : des groupes en lutte contre la mondialisation
19 octobre 2019
par Fraction
Fraction. Rock radical depuis 1994

Paru dans Jeune Résistance n°26 (printemps 2002)

Son titre : Antimondial. Son objectif : proposer des groupes qui se succèdent avec des titres uniquement orientés vers le combat contre la mondialisation.
Les styles sont divers comme les combats qu’il convient de mener pour faire entendre notre message. Un message d’espoir et un appel à la résistance populaire.
Tous les principaux représentants de la scène rock identitaire ont répondu présents. Kaiserbund avec la dénonciation du réseau « Echelon », Trouble Makers et sa défense de l’environnement dans « Péril vert », Fraction avec « Esclavage mondial », son brûlot contre le capitalisme sauvage ou encore IDF fustigeant la pensée unique dans « Dictature planétaire ». Au total, ce sont 16 groupes qui ont répondu présents pour cette compilation « Antimondial ». Outre ceux cités plus haut, on pourra écouter Vae Victis, In Memoriam, AION, Elendil, Brixia, Basic Celtos et Insurrection. On pourra aussi découvrir 2 groupes extérieurs à la scène identitaire qui ont accepté de participer au projet : Purly et EFJ. Enfin, des nouveaux venus font leur première apparition. Et c’est plutôt une bonne nouvelle pour le combat identitaire. Bienvenue à Regnum Aeternam, Mesrine et Traboule Gones.

Pourquoi un tel CD ? Parce qu’aujourd’hui, des hommes et des femmes se mobilisent et descendent dans la rue pour dire non à la dictature des global leaders. Mais, ces militants se font, malgré tout, souvent les apôtres d’une autre mondialisation. Tout en dénonçant la marchandisation du monde, ils réclament la suppression des frontières et l’avènement d’une société mondiale « fraternelle » qui ne poserait pas d’entraves à la circulation des hommes. Les babas pacifistes se font alors les complices des requins de Wall-Street.
Que penser du groupe de rock Noir Désir aux ordres de Vivendi ? Certes, Bertrand Cantat s’en prend à JM Messier lors des Victoires de la musique en déclarant : « Il peut tout avoir, y compris vingt ans de notre vie et de nos engagements Cela cautionne les délires d’accumulation, de capitalisme pur. C’est gerbant, gluant, déstabilisant, car on est persuadés de ne pas avoir la même conception du monde que lui ». Mais, dans le même temps, Noir Désir n’envisage pas de se débarrasser de son contrat en faisant un disque à la va-vite, « car ce serait prendre le disque, et le public, en otage ».
Face à ces multiples récupérations, les militants identitaires sincères doivent faire entendre leur voix. Ce Cd « Antimondial » est donc plus qu’une production musicale. C’est un véritable outil militant qu’il faut diffuser largement dans la rue, lors de concerts ou de manifestations politiques.

Gardons le contact

Rejoignez la liste de diffusion